VOYAGE en CORSE (TOUR de la CORSE)

Départ le dimanche 06 septembre et retour le jeudi 24 septembre 2015.

Mon épouse rêvait de ce voyage depuis des années. Elle a préparé ce voyage avec minutie et une excellente planification. J'avais une préférence pour partir en avion et une fois sur place louer un véhicule. Après analyse du temps de voyage et des contraintes horaires, il est vite apparu que le bateau était plus rapide et aussi plus économique puisque nous partions avec notre véhicule. Pour définir les différents points du séjour elle a trouvé le meilleur compromis avec les distances à faire chaque jour en se basant sur une moyenne de 40 km/h (compte tenu des routes sinueuses, étroites, un revêtement pas toujours correct), les visites des sites, les places disponibles dans les hôtels ou résidences hôtelières. A cette période les places disponibles sont vite prises. Ce ne fut pas simple pour les réservations ce qui était disponible à un endroit ne l'était plus à un autre ou alors limité en nombre de nuits. Aussi le choix des HOTELS et RESIDENCES retenues (3/4*) avec un bon confort devrait nous convenir. Maintenant il reste à voir sur place si le choix est conforme aux photos et aux commentaires. Nous ne prenons que des valises cabines pour ce voyage puisque à deux endroits nous pourrons faire la lessive.  

LES HÔTELS ET RÉSIDENCES HÔTELIÈRES 

MERCREDI 09 : MACINAGGIO - Hôtel BEST WESTERN 4* piscine, parking extérieur étroit, pas assez de places, chambre moderne, parfaite, douche, petite chambre, cafetière, pas de vue sur la mer mais sur la montagne, wi-fi parfait, réception réseau correct, petit déjeuner correct, il y a de tout, restauration du soir c'était moyen, il est vrai nous sommes arrivés à l'heure de fermeture du restaurant, cadre à rénover, propre mais le style est ancien.

JEUDI 10 : ILE ROUSSE – DAVIA Hôtel 3*, pas de piscine, situé à 1km du centre,ultra moderne, chambre spacieuse, bien dans le style, douche, wi-fi parfait, réseau correct, petit déjeuner bien pas plus, pas de restaurant il faut aller dans le village, parking extérieur.

DSC03760 

DSC03763

 VENDREDI 11 : PORTO – CAPU SININU résidence hôtelière 3*, situé à coté du port de plaisance, vue sur la mer, grand balcon, cuisine, séjour, appartement suffisamment spacieux, chambre, parking extérieur, wi-fi, réseau correct, machine à laver le linge, lave vaisselle, 2 télés, 

DSC03914

DSC03919

DIMANCHE 13 : PORTICCIO – résidence hôtelière 4* SUITE-HOME, parking sous terrain payant pas de place extérieure, piscine extérieure avec vagues, douche, lit encastrable, parc agréable, balcon correct, wi-fi très faible ainsi que le réseau . 

 

JEUDI 17 : PORTO-VECCHIO – résidence hôtelière 3* EN APARTE jointe avec l'hôtel , dans le centre ville à coté de la mairie, chambre correcte, douche, wi-fi, stationnement extérieur difficile des emplacements sont réservés mais il faut bien tasser, machine à laver, sèchoir moyen, cuisine, petit déjeuner compris dans le prix servi en chambre où à l'hôtel sur la terrasse de la piscine plateau préparé correct. 

DIMANCHE 20 : CORTE – hôtel 3*, à 3km du centre de la ville haute, se trouve sur la route de la RESTONICA, route étroite, wi-fi, télé manque des chaînes, ultra moderne, chambre spacieuse, belle terrasse, piscine extérieure chauffée, pas de cafetière, douche, pas de restaurant, celui de l'auberge dans la cour sinon fait des assiettes charcuterie CORSE, crudités, fruits, petit déjeuner supérieur en prix mais de qualité, parking extérieur. 

DSC05189

DSC05352

DSC05353

MARDI 22 : BASTIA – hôtel 3*, situé à la sortie de BASTIA 3 km du port d'embarcation, piscine extérieure, jardin d'oliviers, chambre correcte sans plus, petit balcon, baignoire, VMC bruyante, télé manque des chaînes, petit déjeuner pas pris, parking, pas de restaurant il faut se rendre à BASTIA. 

Mercredi 09 : NICE - BASTIA - CORSICA TOUR de CORSE

En fin de matinée nous quittons CANNES pour nous rendre à NICE. Pour le plaisir nous passons par la promenade des ANGLAIS. Vers 12h nous prenons un repas rapide au port (compte tenu du prix et le contenu dans l'assiette c'est du vol) afin de ne pas être trop éloigné de l'embarcadère. C'est la 1 ère fois que nous prenons ce type de bateau. Un peu avant 13h nous passons tous les contrôles, ils sont rapides puis nous attendons l'arrivée du bateau en plein soleil. Nous sommes dans les derniers véhicules même 1H avant le départ. Le CORSICA arrive il est imposant, il ne traîne pas pour s'amarrer et se vider de tous les véhicules. Nous embarquons à 13h45' pour un départ à 14h15'. C'est rapide, nous partons un peu avant l'heure. Le temps de sortir des véhicules puis de gravir les escaliers le bateau sort déjà du port. Nous nous promenons un peu à l'extérieur le temps de prendre des photos puis nous regagnons les fauteuils payants que nous avons retenus. Il fait très frais dans cette salle (20°), j'enfile ma doudoune. Il y a 5H de trajet. Nous allons faire un tour à l'extérieur, il y a du vent, les gens sont installés comme ils peuvent mais au soleil car il ne fait pas très chaud. A l'intérieur le film est toujours le même c'est pénible. Notre arrivée est prévue pour 19h45'. A 15' de l'arrivée nous quittons le frigo pour attendre devant les escaliers. Ça sent le gazole, dans une confusion nous descendons vers notre voiture et attendons l'ouverture des portes. Nous ne sommes que quelques uns à attendre. Il fait encore jour. Les employés de CORSICA sortent quelques camions et font tourner les moteurs avec la chaleur et les gaz c'est étouffant. Les camions, camping-cars, motos, puis les véhicules légers commencent à sortir. Ça va assez vite en moins de 20' nous sommes sorties et maintenant il fait nuit. Pour rejoindre notre hôtel nous avons 35 km assez sinueux (un virage tous les 80/100 m). Nous arrivons après 21h à l'hôtel BEST WESTERN soit plus d'une heure pour un si faible kilométrage. (BASTIA – MACINAGGIO 35 km). Quant au parking il est complet je me gare à la sauvage puis après 0h30' l'hôtesse m'appelle puisqu'il y a 2 places de libres. La chambre est bien, moderne mais pour un hôtel 4* il y a mieux. Le restaurant est moyen, nous prenons une assiette fraîcheur compte tenu de l'heure.  

DSC03602

DSC03609

DSC03628

Jeudi 10 :MACINAGGIO – ÎLE ROUSSE : TOUR du CAP CORSE - 118 km - 2400 D+

Après un petit déjeuner correct, nous quittons l'hôtel. Nous commençons notre tour de CORSE par le cap CORSE. Nous tournons dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. Avant de partir nous nous promenons sur le port de plaisance, il y a peu de monde c'est d'un calme olympien. C'est il n'est pas 9H. Nous sommes surpris de constater le nombre de chats qu'il y a. Pour de bons marcheurs il y a le sentier des douaniers qui doit être assez agréable à faire. Sur le parking mon épouse constate qu'au BEST WESTERN un conducteur indélicat nous a laissé des traces de peinture sur la porte arrière droite et l'aile arrière. Nous prenons la direction d'ERSA, CENTURI, MORSIGLIA, PINOT, St FLORENT. La route est sinueuse, étroite, il y a des sections en mauvais état, nous roulons à 40 km/h. Les vues sont magnifiques, c'est le désert ce n'est pas évident de se garer pour prendre des photos. Les quelques villages sont accrochés à la montagneLe habitants se garent comme ils peuvent et de ce fait la circulation est difficile. Il y a un peu de vignoble que nous ne voyons pas. Jusqu'à la jonction avec la route qui va sur BASTIA c'est assez aride., nous sommes toujours en hauteur par rapport à la mer. Pour arriver à ST FLORENT nous avons quelques lignes droites. Lorsque nous arrivons à ST FLORENT nous ne pouvons pas nous garer et aussi le village est moyen alors nous ne traînons pas nous continuons notre route. Nous continuons encore quelques km puis nous nous arrêtons sur une hauteur dans un restaurant recommandé par le routard. Nous déjeunons simplement, c'est correct. Nous continuons notre route jusqu'à l’Île ROUSSE où nous arrivons vers 16 H. Après st FLORENT il y a le désert des AGRIATES. Pour la fin de parcours c'est plus roulant et il n'y a rien de spectaculaire à voir. Notre hôtel est à la sortie à environ 1 Km . Après avoir pris possession de notre chambre nous descendons au village nous promener et dîner au bord de la mer. C'est agréable pour se promener dans les rues piétonnes et au bord de la mer. Nous dînons dans un restaurant qui fait principalement du poisson. C'est sympathique de dîner au bord de mer mais le soir il faut une petite laine car le vent est frais. La restauration est de qualité. Vers 21 H nous regagnons notre hôtel.  

un peu d’historique : Le Cap Corse  

Le Cap Corse est la partie la plus septentrionale de l'île et la plus proche du continent, constituant un pont entre ces deux entités.

De 40 Km de long et 15 de large, le Cap composé de nombreux villages et marines, a donné à une île de bergers et de montagnards, de vaillants marins.

Ce bout de terre qui se partage entre le vert et le bleu, possède 80 km de côtes, souvent rocheuses, élevées, escarpées, et le fait montagneux lui est indéniable : son altitude moyenne est de 330 mètres (570 m pour toute la Corse) bénéficie d'un climat méditerranéen maritime aux écarts thermiques modérés. Le beau temps ensoleillé est le temps normal du Cap Corse.

Cette presqu'île méditerranéenne montagneuse, aussi pittoresque soit-elle, est égrenée de petits villages, originaux accrochés aux montagnes, de plages et de criques sauvages, ainsi que de paysages rappelant au visiteur qu'ici le temps est indélébile.

A la pointe de ce " doigt " tourné vers la mer, se situent Rogliano et Macinaggio, son port de plaisance, ses nombreux sites protégés, historiques et culturels… qui constituent la partie à la fois la plus proche et la plus distante des côtes françaises et italiennes.

L'ILE ROUSSE : A Travers l’histoire...

Lieu d’habitat pour l’homme depuis la plus haute antiquité (3 à 5 millénaires avant J.C), l’Ile-Rousse fut un millier d’années avant notre ère une petite ville prospère et dépendante de la ville de Tyr en Phénicie qui la baptisa Agilla. Ruinée par la flotte phocéenne de Calaris (Galeria), Agilla devint comptoir romain sous le nom de Rubico Rocega jusqu’au quatrième siècle de notre ère. Trop proche de la mer elle subit les invasions barbaresques et celles d’ennemis potentiels, et ne fut habitée durant plusieurs siècles que par des pêcheurs et des paysans qui vivaient des produits de la mer et de la terre autour des villages de Santa Reparata et de Monticello. Au XVII ème siècle, des propriétaires de Santa Reparata implantèrent des magasins pour y faire du troc par voie maritime avec les villages côtiers de la Balagne, du Nebbiu, et de l’ouest du Cap Corse. Vers 1759, Pascal Paoli qui venait souvent en Balagne, décida d’équiper la Corse d’un port au nord- ouest de l’île pour essayer de couper le trafic maritime entre Gènes et Calvi. Ses plans préparés, il décida le gouvernement de Balagne, siégeant à Algajola, de donner l’autorisation de création d’une enceinte fortifiée protégeant le port (Le Scalu) le 10 décembre 1765.

L’Ile-Rousse est née de cette décision...

Entourant une baie limitée au nord-ouest par des îlots de porphyre rouge qui lui ont valu son nom, au sud par une plage de sable blanc immaculé, l’Ile-Rousse se présente au touriste dans toute sa beauté, s’étalant, vers l’ouest, de la mer à la colline du Sémaphore et le col de Fogata. La vieille ville voulue par Pascal Paoli, « le Père de la Patrie », étire ses rues pavées quasiment rectilignes et orientées nord-sud. Depuis le quai du port de commerce installé sur 3 des 6 îlots, le port des pêcheurs et les ponts qui rattachent le complexe portuaire à la côte et jusqu’au marché aux vingt et une colonnes, les fortifications et les maisons de l’ancienne ville s’étalent dans le temps, de 1765 à la moitié du XIX ème siècle. La ville nouvelle continue harmonieusement l’ancienne au-delà de la magnifique Place Paoli ombragée par ses platanes plus que centenaires où il fait bon prendre le frais l’été. L’intérieur de la vieille cité offre aux visiteurs l’occasion de flâner sur les vieux pavés ressuscités en partie, à travers les rues aux noms historiques : Pascal Paoli, Napoléon, les frères Arena, Louis Philippe, Agilla. Certaines maisons aux escaliers intérieurs florentins sont absolument magnifiques. La première église construite en 1740 et détruite en 1936 a donné son nom à la rue Notre Dame. L’église dédiée à Notre-Dame de la Miséricorde jouxte un ancien couvent des franciscains, quand à l’église de l’Immaculée Conception de Marie, notre paroisse, elle se trouve sur l’ouest de la grande Place et attire le regard avec son parvis et ses énormes palmiers-dattiers (depuis 1890) à l’ombre desquels il fait bon jouer à la pétanque. Construite par Pascal Paoli, dotée par ses édiles après 1815 d’un blason orné du lys royal de France, dirigée durant plus d’un demi-siècle par des élus Bonapartistes : l’Ile-Rousse est une ville à part dans l’histoire de la Corse. Ses contradictions en font un lieu attachant et pleins d’imprévus pour les touristes qui viennent chaque année s’asseoir sous les platanes centenaires de sa belle place centrale

La ville doit son nom à la presqu’île de granit rouge qui prolonge sa jetée. La ville est créée en 1758 par Pasquale Paoli, probablement sur le site romain d’Agilla, dans le but de rivaliser avec la cité portuaire de Calvi acquise aux Génois. Il aurait dit : « J’ai planté ici la potence pour pendre Calvi ». Devenue une agréable station balnéaire, calme et familiale, elle bénéficie de trois plages de sable fin et détient le record des températures les plus hautes de Corse. À Ile Rousse tout est à échelle humaine : prenez le temps de flâner sous les platanes de la place Pascal Paoli au cœur de la ville, le plus ancien palace de l’île, l’hôtel Napoléon Bonaparte, y est installé. Engagez-vous ensuite dans les vieilles rues pavées qui mènent au port.

BASTIA - ILE-ROUSSE

 

DSC03667

DSC03682

DSC03688

DSC03722

DSC03735

DSC03746

DSC03766

DSC03774

DSC03775

 

DSC03786

Vendredi 11 : ILE ROUSSE – PORTO via CALVI - TOUR DE CORSE - 112 km - 1200m D+

Pour ce 2ème jour la visite de CALVI est dans le programme. Nous déjeunons tôt soit vers 8H. Le petit déjeuner est correct il y a de tout. Sur le trajet vers CALVI nous prenons quelques photos, c'est différent du CAP CORSE. Nous n'avons pas pu nous arrêter à LUMIO faute de place. Nous arrivons à CALVIen début de matinée et nous nous garons directement à la citadelle. Il y a de la place à cette heure.  Nous commençons par une bonne marche dans les ruelles de la citadelle selon les n° indiqués. 

 LA BALAGNE 

La Balagne est une région fertile et vallonnée entre la Côte et la région montagneuse et est aussi appelée “le Jardin de Corse”. Sur la colline poussent des olives, des oranges, des clémentines et du raisin, mais aussi des châtaignes ne manquent pas. Les produits apportaient à Balagne jadis une grande richesse. Eparpillé dans le paysage, de nombreux petits villages trônent sur le sommet de la colline. En arrière-plan,  le paysage de montagnes grandiose s'élève jusqu'à des hauteurs de plus de 2000 mètres.

Aujourd´hui, Balagne est avec les villes de Calvi, Ile-Rousse et Algajola une des régions préférées de vacances en Corse. Des ferrys accostent ici et il y a aussi un aéroport. L'infrastructure touristique ne laisse aucun souhait ouvert.

Grâce à la topographie de Balagne, on peut l´ordonner en deux parties: d´une part, Balagne à l´Est avec la ville principale Ile-Rousse et d´autre part, Balagne à l´ouest avec Calvi comme capitale. Les deux régions sont séparées  par un train de collines qui s'étendent environ du Monte Grossu sur le Capu di Bestia, la Bocca di Salvi jusqu'au Capu d'Occu.

Calenzana est un des lieux le plus grand de l´arrière-pays de Balagne. Ici commence – ou finit – le fameux sentier de randonnées GR20, qui traverse l´Ile en 15 étapes.

Calvi, Cité de Christophe Colomb

buste_c_colomb_omt1.jpg

La pureté de ses eaux et la richesse de son patrimoine architectural, présentent Calvi comme un grain de beauté dans l'île de beauté, lové au nord ouest de la Corse. Sa citadelle posée sur l'eau regarde au loin les massifs enneigés reflétant leur ombre sur la mer. Les bateaux s'amarrent au pied d’une marine colorée, prolongée par une plage de 5 km et d’une pinède de 32 hectares, formant l'un des plus beaux golfes de Corse.

La Presqu'île de la Revellata, sur la côte ouest en direction de Porto, renferme sur 300 hectares l'essentiel de la faune et de la flore locales, à l’instar de ses fonds marins qui font le bonheur des amateurs de plongée.

Situé au dessus de la ville, le sanctuaire de Notre dame de la Serra, patronne de la cité, offre le plus beau panorama de Calvi.

Visite de la citadelle avec Christophe Colomb...

maison_colomb_calvi_omt6.jpg

Un peu d'histoire...
 
Comme beaucoup l’ignorent, le grand Amiral de la flotte océane était présenté jusqu’en 1875, comme un navigateur génois né en 1436 à Calvi dans l’Ile de Corse. Un décret du Président Grévy l'atteste même en 1892. Bien que les livres d’histoire contemporains attribuent le lieu de naissance de Christophe Colomb à Gênes, Calvi, forte de sa tradition, veut rendre hommage au plus grand navigateur de tous les temps …
no title - source : vi_odyssea_citadelle_tour_sel.jpg

La Citadelle et la Tour du Sel...

... le coeur de Calvi Une icône d’une incroyable beauté ! 

Inébranlable décor doté d’une richesse historique et patrimoniale, la Citadelle de Calvi se dresse avec fierté au – dessus de la ville.

Elle vous invite à arpenter ses ruelles pavées et à découvrir l’univers dans lequel Christophe Colomb est né. Vous y trouverez les délabres de la maison qui l’a vu naître. Au détour d’un petit commerce typique, vous apercevrez l’Oratoire Saint Antoine et la célèbre Cathédrale Saint Jean – Baptiste. La Citadelle de Calvi se pose naturellement comme un site emblématique de la Balagne.  

Un autre regard sur la ville !  

Si la Citadelle est aussi appréciée, c’est également pour sa situation géographique privilégiée. Perchée sur son promontoire rocheux, elle propose un panorama à 360 degrés sur la ville, leport de plaisance, et les montagnes qui se jettent dans la mer. Ses ruelles pavées et ses maisons typiquement genovese vous racontent à leur manière l’histoire de la cité. 

Citadelle, berceau de la fête ! 

De nombreux évènements culturels, expositions et concerts ont trouvé refuge au cœur de la Citadelle. Les édifices religieux accueillent notamment des concerts de chants polyphoniques et la radio locale RCC autrefois baptisée la radio du nouveau monde en hommage à Christophe Colomb, émet ses ondes depuis la haute ville tout à côté de la cathédrale Saint Jean Baptiste. Côté artistique, l’office de tourisme y accueille une exposition d’oeuvres d’art entre juin et août située dans les anciens postes des gardes de la citadelle. 

La Tour du Sel ... en selle pour le Tour de France ! 

Vestige génois datant de 1495, la Tour du sel est une partie incontournable du patrimoine de Calvi. Elle sera « customisée » et entièrement habillée aux couleurs du tour de France, dont la 100e édition est passée à Calvi le 1er juillet 2013. A cette occasion, la Ville de Calvi a confié aux élèves du collège de Calvi, la réalisation de cette œuvre monumentale baptisée « 100 vélos une œuvre d’art ». Les artistes en herbe accompagnés du sculpteur Jean-Dominique Orsatelli s’y sont consacrés depuis le mois de décembre 2012. Le dévoilement et l'inauguration ont eu lieu le 15 juin dernier; la sculpture sera visible jusque la fin de l'été.

 

SAMEDI 12 :  

PORTO – EVISA – OTA

Nous sommes à PORTO pour le 4ème jour . Notre objectif du jour, nous partons nous promener sur le sentier du châtaignier à EVISA sur 3,5km aller (1H30') avec un complément jusqu'à la cascade AITONE si possible.Pour se rendre à EVISA la route serpente dans la montagne avec quelques secteurs étroits. Nous rencontrons sur la route des cochons noirs, des chèvres, des vaches et taureaux, ceux ci sont en liberté. A EVISA ce n'est pas évident pour se garer comme dans tous ces villages perchés dans la montagne. Les quelques places sont assez étroites pour sortir du véhicule il faut se faire tout petit. Le stationnement dans ces villages est assez sauvage si bien que si l'on croise un véhicule ce n'est pas simple. Notre promenade sous les châtaigniers est agréable, le sentier est tantôt de la terre dure ou des pierres, il y a quelques passages avec des marches parfois assez hautes. Le dénivelé est de 200m A la fin du sentier nous prolongeons de 600m pour arriver en haut du sentier qui descend vers la cascade. Le retour se fait par le même chemin. Compte tenu de l'heure (14h) nous déjeunons une assiette niçoise et une de charcuterie corse. Nous partons pour une boucle par CRISTINACCE puis MARIGNANA (le circuit des sens : châtaigne, miel, farine). La route est étroite et dans les deux villages perchées il est difficile de se croiser puis nous descendons pour aller sur OTA (sur la fin la route est étroite et en très mauvais état). Nous passons sur les PONTS GENEVOIS, sur les pont on ne passe qu'à un. Nous nous arrêtons pour prendre des photos et une promenade. Nous rentrons sur PORTO où en fin de journée nous allons nous promener sur le port des bateaux de promenade.

 

Dimanche 13 :

 

PORTO – POTICCIO

 

Ce matin vers 7H il se met à pleuvoir puis du tonnerre et ce environ 1H puis grand beau. Nous quittons PORTO pour PORTICCIO par PIANA avec les CALANCHES (classées au patrimoine de l'UNESCO), route correcte mais demande de la prudence lorsque l'on croise un véhicule. La montagne est rose, quelques emplacement pour se garer et prendre des photos. Une fois le col passé la descente et plus large. Nous rejoignons CARGESE. Dans ce village nous nous sommes aventurés vers le port ça passait tout juste dans ces rues étroites et descendants. Nous sommes remontés pour nous garer et ça n'a pas été évident pour trouver une place disponible sur les quelques parking. Nous sommes allés visiter les deux église la 1ère est GREQUE, nous avons du attendre car il y avait la messe à priori en grecque ? , la 2ème est plus loin mais un ton en-dessous. Nous sommes revenus à la fin de la messe. Le prête avait béni de branches de menthe ? . L'église est très belle et le curé nous a donné sa bénédiction. IL est 12H lorsque nous quittons CARGESE pour passer par SAGONE. La route est belle, descendante. Nos nous arrêtons à TICUCCIA pour déjeuner, le repas est correct pour l'un mais moyen pour l'autre. Nous avons attendu u moins 45' avant d'être servi. Ce restaurant doit avoir une bonne renommé car il était presque complet. Nous repartons vers 14H30' pur AJACCIO, la route est correcte, nous traversons AJACCIO et arrivons au port puis nous contournons l'aéroport pour arriver facilement à notre résidence. La journée a été très chaude 30°, beaucoup de vent.

 

LUNDI 14 :

 

Journée sur AJACCIO : Nous partons vers 10H30', nous sommes à 15 km d'AJACCIO. Après l'aéroport la circulation est assez difficile et dans le flot de la circulation nous avons de la difficulté de trouver une place de parking si bien que nous filons vers les ILES SANGUINAIRES. Au bout de la route c'est le terminus, nous continuons à pied pour admirer les environs. Ce jour le temps est brumeux si bien que la vue est moyenne. Nous escaladons un relais de l'aviation civile afin d'avoir une vue à 360°. Au retour il est déjà 13h, nous cherchons un restaurant pour le déjeuner. Il est pas trop mal, nous y perdons un peu de temps. Nous repartons pour une boucle derrière AJACCIO et une fois dans la ville nous trouvons une place sur un parking au port proche de la mairie. Nous partons pour faire plusieurs circuits proposés par le syndicat d'initiative : parcours dans la vieille ville, visite de la cathédrale, d'une église, puis une longue halte pour le visite du MUSEE FESCH et de la bibliothèque et celui de NAPOLEON à la mairie. En fin de journée nous rentrons à PORTICCIO et nous sommes dans un gros flux de circulation.

 

Mardi 15 :

 

Cette journée est assez relax, nous faisons un parcours très simple pour une boucle par OCANA, TALLA et son lac puis les gorges de PRUNELLI pour arriver à BASTELICA. La route est sinueuse, étroite, nous arrêtons comme nous pouvons pour prendre des photos. Après le col de Bocca nous devons faire marche arrière pour laisser passer un car qui a du mal à négocier deux virages. A BESTELICA nous faisons une marche dans le village, nous visitons l'église. Comme il est midi nous continuons notre boucle vers le col de CRICHETO ou nous nous arrêtons pour déjeuner une assiette de crudité et charcuterie corse. Il y a une promenade dans la montagne maquis corse mais pas avant 15H. Après le repas nous descendons sur PORTICCIO. Pour terminer notre journée nous nous promenons dans PORTICICCIO.

 

Mercredi 16 :

PORTICICCO – FILITOSA

 

Ce matin nous partons pour une boucle le long de la cote avec un parcours pédestre prévu dans une pointe avec une belle vue panoramique dans une TOUR GENOISE.

Le parcours se fait sur une route sinueuse montante, descendante. Nous nous arrêtons sur une plage bien calme où nous marchons dans l'eau. Nous repartons pour nous rendre à la pointe GUARDIOLA. Le sentier pédestre demande de bonnes chaussures car il y a de petits passages avec des rochers et grandes marches. Nous marchons dans le maquis, il fait très chaud. Le temps annoncé sur le guide michelin est d'une heure AR au final nous avons mis 2H. Au pied de la TOUR GENOISE il y a un escalier pour y accéder. Une fois arrivé il y a une vue magnifique sur AJACCIO et les ILES SANGUINAIRES c''est assez loin. Une fois de retour de cette promenade nous filons vers FILITOSA le site préhistorique. Nous arrivons vers 14H où nous pouvons encore déjeuner rapidement une assiette de crudités jambon melon. Nous visitons le site préhistorique, c'est moyen pour voir 3 menhirs bon un peu plus. Nous quittons ce site par une petite route montante jusqu'au col de GROSSETO pour reprendre la route principale vers CAURO et AJACCIO. Nous rentrons tôt à notre hôtel.

 

Jeudi 17 :

PORTICCIO – PORTO-VECCHIO via PROPRIANO -SARTENE

 

Nous partons seulement vers 10H car nous avons un besoin internet à cette heure. Hélas le net ne fonctionne pas bien à cette résidence. Finalement je vais m'arrêter sur notre route lorsque j'aurai du réseau avec mon smartphone. Nous voici à PROPRIANO, honnêtement il n'y a rien à voir mis à part la plage et le restaurant étoilé. Nous ne traînons pas et filons sur SARTENE. Ce n'est pas loin. Lorsque nous arrivons à SARTENE un village perché dans la montagne, gros soucis pour stationner, nous trouvons un parking qui ne nous inspire pas et nus préférons rentrer dans le village avec ces rues étroites. Nous trouvons un parking un peu au-dessus du centre. Nous rejoignons à pied la lace de la mairie où il y a un bon nombre de restaurants. Nous déjeunons rapidement une salade. Nous commençons la visite du village, les rues anciennes, l'église, la place de la mairie puis nous partons voir le musée préhistorique. Il n'y a pas photo par rapport à celui d'hier à FILITOSA. Ensuite nous partons pour notre destination, nous roulons tranquillement, c'est une nationale montante et descendante. Nous passant à FIGARI puis nous arrivons vers 17H à PORTO-VECCHIO. La aussi la ville est montante, avec une circulation difficile et des rue étroite. Après un 1er tour nous nous arrêtons pour trouver et introduire dans le GPS l'adresse de notre hôtel. Ouf enfin trouvé, le stationnement c'est dans la rue, je n'aime pas trop. Une fois dans notre appartement nous allons boire un pot sur la terrasse de l'hôtel puis nous allons nous promener dans le centre du village.

 

 

Troisième ville de Corse, Portivechju, dont l’économie reposait autrefois sur l’exploitation du sel, du bois et du liège, est devenue aujourd’hui une station balnéaire attractive grâce à son littoral et ses magnifiques plages de sable fin dont certaines font partie de la réserve naturelle des Bouches de Bonifacio.

 

 

Au cœur de la haute ville, vous pourrez découvrir la Citadelle composée en partie de remparts avec ses cinq bastions, sa porte génoise et ses placettes.

 

En contrebas, la Marine offre un cadre agréable pour boire un verre, se restaurer ou encore se promener le long des quais.

 

A 900 mètres d’altitude, le massif de l’Ospedale offre une magnifique vue panoramique sur le littoral et particulièrement sur le golfe de Porto-Vecchio. Sa forêt domaniale, au sein du Parc Naturel Régional de la Corse, est le départ de superbes balades pédestres.

 

Sa localisation privilégiée entre mer et montagne fait de Porto-Vecchio une région à découvrir ou à redécouvrir.

 

Vendredi 18 :

PORTO-VECCHIO – BONIFIACIO

Ce jour c'est le circuit le plus court en kilométrage. La visite de BONIFACIO était implicite tant par la qualité du site que par des vues magnifiques. A notre arrivée nous avons stationné au parking du port c'était plus simple. Nous nous promenons sur le quai puis nous montons à la citadelle. La pente est sérieuse 15% - 20%. La vue est magnifique. A l'entrée de la citadelle nous allons visiter le BASTION de L'ETENDARD. Puis nous visitons l'intérieure du village avec son église. Les rues sont étroites avec de nombreux escaliers pour les habitants. Le commerce local est très axé restauration par rapport aux boutiques. Nous voyons bien la SARDAIGNE et les falaises qui tombent à pique dans la mer. Au retour nous prenons un sentier montant en face de la citadelle pour avoir d'autres vues. Vers 13H nous sommes de retour au port. Nous cherchons un restaurant. Un restaurateur nous vente la qualité de ses produits et finalement nous optons pour ce restaurants. Le restaurant est moderne, bien dans l'air du temps, la cuisine est excellente par conte le prix est excessif par rapport au contenu dans l'assiette : 4 petites gambas grillées sans accompagnement, des Linguines aux crabes il n'y a qu'une cuillère à café de crabe. Nous estimons qu'il y a un manque de respect du client. Dans un étoilé l'assiette est plus complète. Nous rentrons sur PORTO-VECCHIO et nous nous promenons dans le village pour terminer la journée. 8500 ANS D'HISTOIRE, CA LAISSE DES TRACES.

Bonifacio se visite comme un véritable musée à ciel ouvert. En parcourant ses ruelles et chemin de ronde, vous êtes comme dans une machine à remonter le temps.  Présence humaine dès le néolithique, puis empereurs romains, doges de Pise et de Gênes, moines dominicains et franciscains, royauté puis république française … le passé de Bonifacio a vu défiler nombre de civilisations qui toutes ont laissé de nombreuses constructions remarquables.  C’est ainsi que Bonifacio peut se visiter sous différents points de vues, que sont les constructions militaires, les édifices religieux et l’architecture civile médiévale. Aujourd’hui, sur un périmètre de 6 hectares seulement, la ville vous offre pas moins de 40 sites classés, à visiter comme un véritable musée à ciel ouvert.

 

 

Samedi 19 :

PORTO-VECCHIO - ZONZA – COL BAVELLA

 

En début de matinée nous partons pour le col de BAVELLA faire une marche facile de 2H. Pour y arriver il y a deux cols à passer sur 40 km. En cours de route nous prenons des photos avec des vues imprenables. Au col le stationnement est difficile sinon il payer 3€ donc nous n'avons pas le choix. C'est parti pour la randonnée si tout va bien dans 2h nous serons de retour. Le sentier est facile de ce coté, nous avançons bien. Nous ne somme spas seul sur ce sentier. Après 45' nous arrivons à un carrefour où un panneau indique TROU de la BOMBE 15'. Pas d'hésitation c'est parti mais au bout de 10' le sentier change d'aspect et oui ça devient plus difficile il faut passer des rochers puis ça devient de l'escalade et plus plus en difficile. Mon épouse m'attend et je file jusqu'au bout en 5' je passe la cible et je continue l'escalade il y a du monde devant moi comme ça devient plus hard je demande où se trouve le trou et la jeune personne me dit c'est en dessous. Bon je l'ai raté dans mon élan. Je descends quelques roches et lève la tête j'ai le trou de la BOMBE devant moi. Je prends des photos et je retourne rapidement auprès de mon épouse. Pour le retour nous prenons à droite pour terminer la boucle. Pas de chance le sentier n'est pas pratique pour mon épouse ça passe mais elle reste prudente. Nous arrivons sur la fin sur le GR20 et le restaurant. Nous prenons un repas raide dehors mais il ne fait pas chaud 18°. Nous devons remonter encore pour arriver à notre voiture. Nous venons de faire une belle balade. Nous rentrons par la même route et nous nous arrêtons sur quelques points de vue. A ZONZA nous nous promenons dans la village et visitons l'église. De retour à PORTO-VECCHIO nous allons faire une promenade au port de plaisance il est moyen.

 

ZONZA - BAVELLA :

 

La commune de ZONZA bénéficie d'une situation géographique exceptionnelle. Située en CORSE du SUD, elle est l'une des rares à offrir une complémentarité Mer-Montagne. Composée d'une quinzaine de hameaux et de nombreux lieux-dits, elle offre un territoire vaste et varié (134 km²)

 

BAVELLA ou les merveilles de la montagne CORSE.

Station touristique phare de CORSE du SUD depuis le 19ème siècle située au cœur de l'ALTA ROCCA, le vilage de ZONZA offre une vue panoramique sur les aiguilles de BAVELLA (1300m) et l'INCLUDINE. Vous découvrirez sur les hauteurs du village de vielles maisons de granit bâties sur des blocs rocheux qui dominent la vallée de l'ASINAO au milieu des châtaigniers, des pins et des chênes verts. L'hippodrome de ZONZA le plus haut d’Europe, vous fera vibrer avec ses courses hippiques en saison estivale. Mais ce n'est pas tout, vous pourrez pratiquer à votre choix, accrobranche, randonnée, VTT, escalade, baignade en rivière etc.

 

Les boucles du Col de Bavella

Bavella est un haut lieu de la Corse du Sud. Ce site grandiose résume à lui seul les particularités du relief de l’île. Les aiguilles ont des formes étonnantes et des couleurs qui vont du rouge le plus clair au gris le plus sombre, le tout saupoudré d’immenses forêts.

Magie du paysage

 

Les aiguilles de Bavella forment un impressionnant massif de pinacles taillés dans le granit rouge. Le col de Bavella (1 243 m) est considéré comme le plus beau de Corse par l’étendue et la richesse de son panorama.

 

Le massif de Bavella est constitué d’une forêt de pin laricio sur les hauteurs, de pins maritimes et de chênes plus bas, auxquels ont été adjoints cèdres et châtaigniers depuis les années soixante au fils des reboisements qui ont succédé aux incendies successifs.

 

Idéalement situé au cœur du Parc Naturel Régional de la Corse, le site de Bavella est un territoire de découverte de la nature préservée.

La Corse étant une île, sa faune et sa flore sont relativement protégées des influences extérieures. On y trouve ainsi beaucoup d’espèces endémiques, c’est-à-dire qui n’existent nulle part ailleurs.

 

Au détour des chemins, vous croiserez sûrement ces espèces rares. Elles sont protégées. Ne les cueillez pas, ne les dérangez pas, observez, photographiez… pour que longtemps cette richesse puisse continuer à émerveiller les amoureux de la nature.

 

Le Trou de la Bombe

U Tafonu di u Cumpuleddu

Altitude : Départ parking 1 218 m

Dénivelée : 200 m

Durée : 3 heures aller/retour

Une agréable promenade, dans une forêt de pins lariccio, aboutit au “Trou de la Bombe”, curiosité naturelle due à l’érosion. Tout près de la Punta Velacu, culminant à 1 483 m, dont vous pourrez observer toute la force des éléments.

Randonnée très accessible, seule l’approche du Trou est délicate.

 

Balisage : Rouge et cairns

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 20 :

PORTO-VECCHIO – CORTE

Nous quittons PROTO-VECCHIO tôt pour nous rendre à CORTE via ALERIA. Nous roulons tranquillement jusqu'à ALERIA où nous arrivons vers 11H. Nous allons visiter la citadelle et l'exposition de vases et le résultat des fouilles avec la reconstitutions d'objets cassés. Ensuite nous allons dans le parc visiter l'ancienne cité historique. Un guide explique l'histoire mais ça devient pénible car il pourrait faire plus court. Nous décidons d'abandonner le groupe et de continuer à notre allure. A la sortie nous allons visiter la petite église qui est très sympathique. Vers 12H30 nous allons déjeuner sur une barge de l'étang de où nous avons de la chance d'avoir une table mais pas en terrasse. Nous repartons pour CORTE et nous arrêtons prendre des photo d'un pont GENOIS. Nous arrivons à CORTE et nous rendons à notre hôtel qui est sur la route de la RESTONICA. La route est étroite mais ça passe. Nous n'avons que 2km à faire. La route continue sur 13 km et elle est très délicate car les croisements sont très difficiles. Question irons jusqu'à 1300m voir les lacs ?

 

Lundi 21 :

CORTE :

Ce site avait été retenu pour faire les GORGES de la RESTONICA. La route y menant étant étroite et pas facile de croiser un véhicule nous a fait réfléchir. En plus à 1300m la promenade à faire sur un sentier pour bon marcheur il n'était donc pas possible d'y aller car mon épouse n'est pas une spécialiste. Nous nous sommes rabattus sur la visite de CORTE et la pas de chance le MUSEE était fermé le LUNDI tout comme à AJACCIO celui de NAPOLEON donc nous ne verrons pas la citadelle et le musée. Nous nous promenons dans les rue historique de CORTE. Nous suivons le plan pour la visite qui n'est pas désagréable. A midi nous déjeunons à LA RIVIERE des VINS, très agréable un plat CORSE (charcuterie, melon, pastèque, raisins, fromage, omelette, etc) mais trop copieux avec un verre de vin. En début d'après midi nous partons pour le col de CALACUCCIA via le col OMINANDA. En cours de route nous nous arrêtons à la chapelle ST MICHEL puis nous nous arrêtons au pont de CASTIRLA. Ces routes sont étroites et la montagne est très aride. AU sommet le LAC est tout simplement un barrage qui semble avoir été partiellement vidé. Notre retour s'effectue sur la même route et ce toujours à 40 km/h. Nous rentrons à notre hôtel vers 17H. Demain c'est la dernière journée de ce tour de CORSE. Nous prendrons la direction de BASTIA.

 

Mardi 22 :

BASTIA :

Cette journée se passe tranquillement, un faible kilométrage pour arriver à BASTIA. Comme dans AJACCIO la circulation est dense et pour se garer il n'y a pas de place. Nous optons pour aller se promener dans la citadelle et visiter le MUSEE. Pour le MUSEE nous sommes quittes pour revenir à 13H30', exceptionnellement il ferme à 12H30'. Comme il est 11H30' et qu'il faut 1H30' pour la visite, nous allons nous promener dans la citadelle, la cathédrale, la chapelle. Nous allons prendre une assiette de crudités dans l'attente de l'ouverture. La visite du MUSEE : il y a du plus et du moins selon les goûts. A la sortie nous allons dans un super faire quelques courses, car en ville c'est mission impossible pour se garer. Vers 16H30' nous arrivons à l'hôtel, il est correct, piscine. Pour le petit déjeuner demain matin ce ne sera pas possible car il est à 7H et nous embarquons à 7H.

 

Mercredi 23 :

BASTIA – NICE

Ce matin le réveil se fait vers 5H15' et sans petit déjeuner puisqu'il n'est servi qu'à partir de 7H. Vers 6H30' nous quittons l'hôtel pour nous rendre à l'embarcation vers 6H40'. Il y a déjà pas mal de véhicules . Nous nous sommes pas trompés, nous attendre un bon moment avant d'avancer pour le contrôle puis nous attendrons jusqu'à 8H minimum pour embarquer. La rentrée des véhicule se fait rapidement, mais il y a une demi-heure de retard. La bateau est imposant c'est un CORSICA rapide. Nous quittons le port doucement guidé par la vedette pilote de sortie du port. Nous allons longer le CAP CORSE et le vent se fait sentir. Pendant toute la traversée il souffle à 100 km/h, il est fortement conseillé de ne pas se rendre à l'extérieur du bateau et de bien se maintenir à l'intérieur. Bien que notre bateau soit imposant, nous sommes bien ballottés et bercés si bien que j'arrête de faire du PC car ça donne mal au cœur. La traversée n'est pas facile, nous pensions déjeuner sur le bateau et bien non sinon il n'aurait pas passé. A l'arrivée nous avons 45' de retard en plus de la 1/2h. Ouf nous sommes bien arrivés, mais alors quelle traversée. Nous sortons rapidement du bateau et essayons de traverser NICE sans se perdre. Nous prenons la direction d'ANTIBES puis SISTERON par la VESUBIE (ANNOT – ENTREVAUX – DIGNES LES BAINS )

 

A 7h nous embarquons sur le bateau pour un départ à 8H et une arrivée vers 13H15' à NICE.

Il nous reste 450km pour le retour nous verrons en cours de route ce que nous allons faire.